ChallengeAZ : le bilan

Quand j’ai décidé de participer au challenge, j’étais très impatient de savoir comment se passerai cette expérience.

 

La préparation :

Au départ, j’ai donc choisi mon thème des prénoms, en me disant que cela faciliterai les choses. Certes c’est vrai, mais au fil du temps, je me suis rendu compte que je n’avais pas beaucoup le choix non plus. N’ayant travaillé que sur l’état civil actuellement, je me voit mal insérer des anecdotes croustillantes (les registres pratiquant une neutralité exemplaire, pas de sentiments, pas de faits-divers).

Donc pour préparer mes articles j’ai fait ce tableau :

 Extrait du tableau pour la préparation du ChallengeAZ

Chaque lettre avait son prénom, l’individu concerné, et les informations correspondantes. J’ai complété le tableau au fur de mes recherches, ce qui m’a permis d’ajouter quelques ancêtres à mon arbre, point positif de ce défi.

 

Rédaction :

Après la collecte des informations, il est temps de rédiger les articles. Courant mai, je m’y suis collé. Au final, le 1er juin, environ 10 articles étaient écrits, me laissant une semaine d’avance. Mais le mois de juin étant surbooké entre le travail, et le blog, le rythme a ralenti, et je me suis rendu compte que je n’étais pas satisfait. Chaque jour, je ne faisait que lire mon relevé de dates, de la naissance au décès. Pas très stimulant il faut l’avouer.

Pour compenser cette frustration, j’ai écrit des articles sur des proches de mes ancêtres, pour lesquels je n’avait aucune information. Ce n’était pas une énumération de dates, mais plus un journal de bord, montrant mes recherches, ma façon de procéder. Et là, j’ai trouvé ça franchement plus intéressant à écrire. La place à la surprise liée à la recherche étais nettement plus importante dans ce genre d’articles, et donc bien plus vivant.

 

Conclusion :

Le challengeAZ n’a pas été une réussite selon moi, mais pas non plus une défaite. J’ai réussi à écrire l’intégralité des articles en temps et en heure, même si sur la fin c’était plus compliqué. Il m’a permis de remonter d’une génération sur certaines branches.m%ais une chose est sûre, l’année prochaine, je vais devoir pratiquer différemment. La première étape va se passer aux Archives Départementales, où je vais essayer de passer un peu de temps. La deuxième sera de travailler sur un nombre restreint d’individus, mais d’élargir le champ des sources mis à disposition. Grâce à tout ça, je pourrai sans doute écrire des articles plus variés, j’espère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *